Energie solaire

Energie solaire à portée de main, et pourtant...

Le solaire dans le Nord et pas en PACA?

 


LE SOLAIRE À MÊME DE FOURNIR RAPIDEMENT L'ÉQUIVALENT D'UN À DEUX RÉACTEURS NUCLÉAIRES, SELON LA FILIÈRE

Par AFP
Le 01/04/22 à 16h25 ● MàJ 01/04/22 à 16h25

L'énergie solaire pourrait se déployer en France bien plus rapidement qu'aujourd'hui et fournir d'ici 2025 au pays l'équivalent en énergie d'un à deux réacteurs nucléaires, plaide la filière, qui réclame un "plan d'exception" dans un contexte d'urgence énergétique.

La prise de conscience de nos besoins en énergie, sur fond de flambée des prix du gaz et du pétrole, de centrales nucléaires vieillissantes puis de guerre en Ukraine, est l'occasion d'accélérer le développement des ressources renouvelables, souligne Daniel Bour, président d'Enerplan, le syndicat des professionnels du solaire. "La France détient le record d'Europe de la lenteur", relève-t-il.

De fait, malgré une année 2021 record avec plus de 2 gigawatts (GW) d'installations nouvelles, elle accuse un retard criant dans la réalisation de ses objectifs solaires, fixés par l'État.

Le pays, qui prévoit 20 GW de capacités installées en 2023, n'en est qu'à 13 GW - mélange de résidentiel, de toitures et d'ombrières grandes et moyennes et de centrales au sol (pour 60%).

Le président Emmanuel Macron a proposé en février à Belfort de décupler les projets pour atteindre 100 GW en 2050.

Mais pour Daniel Bour, Belfort "c'était avant l'Ukraine et la prise de conscience de la dépendance au gaz. Le solaire peut faire plus": 200 GW au moins.

Et pour l'immédiat, il a un plan: réaliser 25 GW supplémentaires d'ici 2025, l'équivalent d'un à deux réacteurs EPR - quand la France ne prévoit pas d'inaugurer de nouveau réacteur avant 2037 (hors EPR de Flamanville en chantier depuis 2012).


  AFP/Archives / GIUSEPPE CACACE

Pour le secteur du solaire, l'objectif n'a rien d'extraordinaire: "L'Allemagne, l'Italie... ont déjà fait 10 GW en un an".

"Car les gouvernements avaient une volonté claire de les pousser", souligne Daniel Bour. "En France, l'enjeu n'était pas le même: le pays était plus décarboné", via le nucléaire. "Sauf qu'aujourd'hui, ça a évolué".

USINES EN EUROPE

Pour montrer son efficacité, la profession propose de se concentrer d'abord sur les terrains dégradés, avec une simplification de la procédure d'instruction pour ces sites aujourd'hui soumis aux mêmes contraintes administratives que les sites naturels sensibles.

Anciennes carrières, anciennes mines, zones de déchets enfouis, terrains délaissés d'autoroutes, autour d'aéroports ou de voies de chemin de fer... "l'armée en a aussi", souligne-t-il

Enerplan appelle à "des mesures dérogatoires, pour un temps limité", par directive ou par la loi, pour accélérer le processus d'attribution des permis.

"Le solaire est soumis à trois codes - de l'environnement, de l'énergie, de l'urbanisme - qui peuvent se contredire entre eux et il y a de telles couches d'obligations que cela aboutit à des blocages", décrit Daniel Bour.

"Fonçons là où on peut foncer!", dit le responsable, qui veut aussi rassurer: "quand des terrains posent problème, pas question de dérogation. Mais il y a des terrains dégradés ou pollués pour lesquels on en fait trop; pour ceux-là, il y aurait toujours une étude environnementale, mais abrégée", suggère-t-il.

Le solaire "est facilement mobilisable, et c'est un investissement quasi exclusivement privé", plaide-t-il encore. L'État en a longtemps garanti les prix, mais au niveau actuel du marché de l'électricité, il est désormais bénéficiaire net.

Au fur et à mesure que les panneaux photovoltaïques s'étendent, le secteur ne craint-il pas une montée des réticences, comme pour l'éolien?


  AFP/Archives / LOIC VENANCE

"On a besoin d'ici 2025 d'environ 13.000 hectares, 120 ha par département, c'est raisonnable", répond Daniel Bour. "Mais oui, il faut faire attention, ne pas concurrencer l'agriculture, discuter avec la population, s'insérer dans le paysage. Et puis, à quelques exceptions près, on ne favorise pas le modèle des très grandes centrales".

Enfin, le solaire a un autre argument, un autre impératif en fait: l'installation en Europe d'usines de panneaux solaires, insiste-t-il. Mais le continent n'a-t-il pas déjà perdu la bataille face aux Chinois? "Pas du tout!" répond Daniel Bour: "La technologie bouge sans cesse, on la trouve partout. Et la crise a surenchéri le coût du transport, s'installer en Europe devient rentable".

"La Chine a inondé le marché car elle disposait d'un grand marché intérieur. Si ici il y a plus de volume, tout naturellement les industriels viendront".

 

 

 

Le solaire mobile

Le solaire pour charger vos batteries

Madame Le Maire, La Seyne sur Mer est une des villes les plus ensoleillées de France !

Ce rappel est un fait. Je pense que contrairement à M. Vuillemot, vous en avez conscience.

Pour autant, à ma connaissance, vous n’en avez pas parlé, ou très peu, pendant votre campagne municipale.

Sachez pour l’avoir vécu de prés, que le bureau d’urbanisme sous Vuillemot bridait sérieusement la pose de panneaux solaires sur les toits des résidences privées (et publiques je suppose). Le prétexte se basait sur l’esthétisme des bâtiments, que les panneaux soient visibles ou non de la voie publique. Cette attitude est contaire aux messages du gouvernement, et débile par rapport à notre besoin d'énergie propre.

Les panneaux solaires produisent une énergie renouvelable, décarbonnée, soutenue par l’Etat, et disponible tout particulièrement à La Seyne sur Mer. Mais cette ville est totalement sous-équipée.  Un simple coup d’œil via Google map ou Google earth montre que cette énergie n’est pas utilisée dans votre ville.

Il n’est pas trop tard pour essayer de rattraper le retard. 

L'utilité de l'énergie solaire pour les mobilités douces ou écologique est évident. Il faut recharger les batteries des voitures, de vélos électriques, des trottinettes électriques .... Il s'agit donc d'une ouverture fondamentale pour les Seynois, sachant que les panneaux solaires se démocratisent à grande vitesse tout en devenant plus performants.


Une dernière information : les panneaux peuvent maintenant avoir la couleur des toits. Ils sont maintenant plus esthétiques, plus performants, moins chers.

Le solaire : une idée géniale?

Idée géniale : et si on pensait au solaire à La Seyne Sur Mer?

Vous allez dire que cette idée est stupide tellement c'est évident. Pourtant regardez autour de vous, ou plutôt élevez votre regard vers les toits de La Seyne. Pratiquement aucune chance de voir des panneaux solaires. Bizarre non?

Il faut dire que si vous passez par une déclaration de travaux au service d'urbanisme de la Seyne, nécessaire pour poser des panneaux sur votre toit, vous avez toutes les chances de vous faire retoquer.

Car ces messieurs-dames de l'urbanisme ont une haute idée de la qualité esthétique de leur ville et il ne faut pas la défigurer.

C'est tout à leur honneur. Bien entendu on ne parle pas des sites classés, comme à Tamaris et les villas Pacha. Mais du reste, de la beauté extraordinaire du centre-ville, de Berthe, ou de tous ces lotissements où les toits ne sont pas visibles du domaine public.

Pour autant, NON, c'était bridé par le service d'urbanisme, avec en plus, éventuellement, une règle dissuasive pour limiter au maximum la surface des panneaux, règle qui n'apparaît d'ailleurs pas dans le P.L.U. Du fait-maison. Qui c'est le chef?

Chose étonnante : en parallèle l'Etat fait des efforts louables pour développer les énergies renouvelables. Et cette énergie est plus qu'abondante à La Seyne sur Mer. C'est le solaire. Cherchez l'erreur.

BONNE NOUVELLE. La tyrannie imbécile va devoir s'arrêter. Un règlement de bon sens venant du gouvernement (et on est plus que surpris) dit que la pose d'éléments d'énergie renouvelable est supérieure aux règlements locaux.

LE SERVICE D'URBANISME DE LA SEYNE TOMBE DANS LE PANNEAU !

http://www.arnaudgossement.com/.../photovoltaique-les...

Ajouter un commentaire

Anti-spam