Mar Vivo, son brise-lames

Visitez le brise-lames de Mar Vivo

Restauration de la digue de Mar Vivo

Cette digue (appelée brise-lames selon les réalisateurs) construite dans les années 1988/89 a cassé la houle pendant deux ou trois ans puis elle s'est enfoncée dans les sédiments.

Jusque 1992, la plage a été maintenue.

 

 

Visitez ici ce brise-lame, en compagnie de Cousteau, Luc Besson et le requin blanc.

 

Selon un rapport PACA:

En 1989, afin de remédier aux problèmes d’érosion de la plage de Mar Vivo (à l’Ouest de la baie), un briselames immergé composé de 2 tronçons (100 m et 60 m de longueur) a été mis en place à une distance du rivage d’environ 120 m et à une profondeur de –2 m à –2,5 m (Cf. position photo 2). Ce brise-lames est constitué d’enrochements de 8 à 12 tonnes posés sur un géotextile. La côte d’arase initiale était à 0,5 m sous le niveau des basses mers. Le principe de cet ouvrage était d’entraîner le déferlement des houles longues (périodes pics supérieures à 5 s), donc une perte d’énergie de la houle lors de sa propagation au rivage. Toutefois l’ouvrage s’est ensouillé dès la troisième année suite à des affouillements très importants et a perdu de son efficacité initiale.

Entre 1991 et 1992 des études hydrodynamiques de protection de la partie Ouest de la baie (du Casino à Mar Vivo) ont été réalisées par Océanide afin de déterminer l’impact du brise lame existant et de proposer des solutions de protection du tronçon étudié. Les études réalisées n’ont pas abouti à la réalisation du projet.

- Certains spécialistes diront qu'il faut supprimer la digue car le sable semble s'accumuler derrière la digue. Une étude bathymétrique a été effectuée (source DDTM) mais nous n'avons pas pu y avoir accès.

- D'autres spécialistes diront qu'il faut la restaurer, car elle ne casse plus la houle générée par le vent d'Est et de Sud-Est.

Nous pensons qu'il est plus logique de restaurer la digue car elle a produit l'effet escompté pendant quelques années après sa construction.

Mais de plus cette digue est interrompue au milieu par un vide de 40 mètres, ce qui n'a pas beaucoup de sens. L'idée était peut être de laisser passer les bateaux car Mar Vivo était un petit port il y a belle lurette (environ). D'autres nous ont dit que pour les atolls qui cassent la houle, il y a toujours des passages. Mais on en est loin.

Nous demandons une restructuration en continu de cette digue, avec une prolongation éventuelle de 100 mètres, pour la faire coincider avec les murs du rivage en face. Nous rappelons ici que les murs de Mar Vivo, lorsque les vagues arrivent à ce niveau, provoquent un ressac qui amplifie énormément le phénomène de désensablement.

Enfin, pour rendre l'ouvrage plus conforme à une solution écologique et touristique, nous demandons que la digue soit agencée avec des matériaux favorisant la faune et la flore aquatique. Un essai de replantation des posidonies est recommandé. Par ailleurs, il nous semble que TPM serait plutôt favorable à cette vision, d'autant plus qu'ils ont une expérience de développement de la faune aquatique sur le Cap Sicié, au niveau de la station d'épuration Amphitria (nurserie de poissons).

Nos observations régulères du site nous ont permis de constater que le biotope est déjà bien fourni, et qu'il y a même de la reproduction de poissons sur place.

Ainsi, un sentier sous-marin pourra reprendre vie totalement et devenir une attraction pour les estivants. Bien entendu la chasse sous-marine y sera totalement interdite. Donc un lieu idéal pour le snorkeling (observation avec tuba et masque).

Commentaires

  • Neveux

    1 Neveux Le 29/07/2021

    Bonjour
    Nous sommes en accord avec vos diagnostics et propositions.

Ajouter un commentaire

Anti-spam